Les actualités HRA

03/01/18 L'IFCIC fait un grand pas pour le financement des PME de création

L'IFCIC nouvelle version est né. L'Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles, qui intervient notamment auprès des entreprises de mode, présentait ce 22 décembre son nouveau visage. Cet organe de financement des PME de la culture et la création créé en 1983 se repense totalement et surtout élargit son champ d'action avec le nouveau soutien de l'Union européenne via la Banque Européenne d'Investissement (BEI) et le Fonds Européen d'Investissement (FEI), mais aussi un renforcement de son partenariat avec Bpifrance. Résultat : l'IFCIC annonce disposer de 130 millions d'euros de crédits supplémentaires pour les deux ans à venir.

Le financement des entreprises culturelles selon la nouvelle formule de l'IFCIC se fait par le biais de prêts à hauteur de 40 millions d'euros et de garantie de prêts à hauteur de 90 millions d'euros. Par rapport au dispositif précédent, qui a permis de venir en aide notamment à plus d'une centaine de marques de mode depuis 1983, « il n'y a pas de comparaison possible », estime Florence Philbert, directrice générale de l'IFCIC. « Nous avons en quelque sorte fusionné les outils existants, mais surtout déplafonné et simplifié le dispositif. Notre financement prend vraiment une autre dimension, avec plus de souplesse, moins de limites et une durée plus longue, jusqu'à sept ans », explique-t-elle.

Ayant notamment soutenu Soeur, Koché, Andrea Crews ou Jaquemus, l'IFCIC devrait donc accélérer largement son engagement pour l'industrie de la mode, ce dont se réjouit notamment le président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin, Pierre-François Le Louët. « C'est un jalon très important pour le financement de notre secteur, qui passe à une échelle bien plus importante et qui va vraiment bénéficier aux jeunes entreprises de mode. Il y a déjà quatre dossiers à l'étude pour le nouveau dispositif, dont certains à hauteur de 500 000 euros sous forme de prêt participatif. C'est une vraie avancée, cela va maintenant concerner des dizaines d'entreprises, ce qui va être une bouffée d'air frais », estime-t-il.


L'établissement de crédit qu'est l'IFCIC est naturellement soutenu par l'Etat et le ministère de la Culture, qui accueillait d'ailleurs la présentation du nouveau dispositif en son sein ce 22 décembre. La ministre Françoise Nyssen a d'ailleurs salué les divers partenaires qui soutiennent cette nouvelle formule de l'IFCIC, comme le DEFI, la CDC ou les partenaires privés que sont notamment Chanel, Balenciaga, Louis Vuitton ou Au Delà du Cuir.

La ministre de la Culture a salué une « injection très significative de liquidités dans nos secteurs (de la culture ndlr) ». Elle a d'ailleurs appelé de ses voeux une amplification supplémentaire de l'effort de financement, souhaitant porter de 130 à 200 millions d'euros le dispositif, notamment en dégageant davantage de fonds pour les prêts proposés directement aux entreprises par l'IFCIC, un complément important en relais des prêts bancaires que l'organisme garantit. « Si l'on parle de la mode notamment, c'est vrai qu'il y a des créateurs porteurs de projets très ambitieux, en plein développement, qui ont besoin de financer des projets à une hauteur parfois bien supérieure à leurs fonds propres, sur ce type de cas, qui effraie les banques, c'est important de pouvoir intervenir nous-mêmes comme prêteurs », explique Florence Philbert, directrice générale de l'IFCIC.


Au-delà des prêts en direct, le dispositif de garantie de prêts se fera également plus ambitieux, appuyé désormais par la contre-garantie à 70 % du Fonds Européen d'Investissement. L'IFCIC estime ainsi qu'il sera garant de prêts à hauteur d'un milliard d'euros, tous secteurs confondus : cinéma, librairie, jeux vidéo, musique et donc mode, entre autres.

source : Fashionnetwork