Les actualités HRA

24/08/15 L'attentat de Bangkok met de nouveau en péril l'économie thaïlandaise

L'attentat qui a dévasté un sanctuaire religieux au coeur de Bangkok, tuant 22 personnes et en blessant une centaine, pourrait porter un coup dur au tourisme, l'un des rares secteurs florissants de la Thaïlande, dont l'économie est à la peine.


Mardi, moins de 24 heures après l'explosion, plusieurs voyagistes annonçaient déjà des annulations et Hong Kong a été l'un des premiers pays à émettre une « alerte rouge », prévenant tout déplacement non-essentiel dans la capitale thaïlandaise.



« Il y aura un impact sur le tourisme », a indiqué le ministre de l'Economie Sommai Phasee. « Mais il est difficile d'estimer l'impact sur le PIB car nous sommes actuellement hors-saison. Nous devrons attendre octobre pour avoir une vision plus claire. Nous prions pour que les touristes oublient cet incident d'ici-là. »



Neuf étrangers font partie des victimes de l'attentat dont le mobile reste encore un mystère.

« Nos clients japonais sont tous partis ce matin et des réservations ont également été annulées », a déclaré Euamthip Panjai, manager général de All the Best Travel à Bangkok. « Ils ne devraient pas revenir de sitôt. »

Après avoir fui la Thaïlande au cours des derniers mois d'agitation politique ayant suivi un coup d'Etat en mai de l'année dernière, les touristes étaient en train de revenir dans ce pays célèbre pour ses plages et sa vie nocturne, avec une hausse des visites de touristes étrangers de 29,5 %, soit 14,9 millions de personnes, lors du premier semestre 2015.

Lundi, la Thaïlande a annoncé une croissance économique de 2,8 % d'avril à juin par rapport à l'année précédente, avec le tourisme comme secteur clé, représentant 9 % de l'économie, soit 1/5e du PIB, incluant les effets indirects, selon les économistes d'ANZ.

Quartier de luxe

Le sanctuaire d'Erawan, visé par la bombe, est situé dans le quartier commercial de luxe de Ratchaprasong, avec ses boutiques de luxe, restaurants et bureaux.

Ittirit Kinglek, président du Conseil du tourisme de Thaïlande, a indiqué qu'il y avait eu quelques annulations de touristes haut de gamme, mais cela ne représente pas un nombre significatif. « Nous pensons que s'il n'y a pas d'autres incidents, l'impact sur le tourisme sera à court terme », a-t-il dit. « La Thaïlande restera une destination où les touristes désirent se rendre. »

L'impact immédiat le plus important semble avoir touché le tourisme d'affaires. Alicia Seah, directrice du marketing et de la communication de Dynasty Travel à Singapour, a indiqué que 60 % des 150 voyageurs qui avaient réservé pour Bangkok en septembre, la plupart d'entre eux pour des réunions et des conférences, avaient demandé à changer de destination. « En général, quand quelque chose se passe dans une destination, le premier impact est psychologique. Et je pense qu'à court terme, ils vont éviter de s'y rendre », selon elle.

La réceptionniste d'un grand hôtel cinq étoiles près des lieux de l'attentat a raconté que des clients paniqués avaient appelé la réception après l'explosion, mais que la majorité avait décidé de rester même s'ils sont inquiets.

Haydn Long, un porte-parole de Flight Centre, en Australie, a indiqué que l'agence de voyage n'avait pas connu d'annulations généralisées, mais a précisé que certains voyageurs se rendant dans les îles thaïlandaises éviteraient sans doute la capitale. « Ce que nous avons connu il y a quelques années, quand il y a eu des émeutes, c'était des touristes qui continuaient à voyager, mais qui ne restaient qu'une nuit à Bangkok au lieu de deux ou qui restaient simplement à l'écart des zones concernées », a-t-il observé.

Santitarn Sathirathai, économiste au Crédit Suisse à Singapour, estime que le gouvernement thaïlandais doit montrer qu'il a la situation sous contrôle : « La reprise de la croissance en Thaïlande est très fragile et est fortement tributaire du tourisme. »

19 Aout 2015

FashionMag